Mercredi 22 octobre 2014 3 22 /10 /Oct /2014 17:33

GRAPPE-DE-RAISIN-.JPGRenarde-et-son-petit-assis.JPGRENARD-ROUX.JPG

C'est en 1984, après dix années de secrétariat de direction, que je quitte Argenteuil (Val d'Oise) d'où je suis native, pour m'installer à mon compte à Ussel en Corrèze.

            En 1990, je m'établis à Aurillac dans le Cantal jusqu'en 1997, date à laquelle je me fixe à Châteaugay dans le Puy‑de‑Dôme, commune où je vis actuellement.

 

LA PEINTURE SUR SOIE

 

            Vers l'âge de 18 ans, je « croquais » et peignais ensuite sur soie, les fleurs du jardin de mes parents à Argenteuil, de façon autodidacte. Cette technique m'a passionnée pendant une bonne dizaine d'années (tout en exerçant mon métier de secrétaire à Paris, puis, plus tard, celui de commerçante à Ussel).

 

LE PASTEL

 

 

 

 

Dans les années 90, arrivée à Aurillac, je découvrais par hasard les crayons pastels que je testais, toujours seule.                                    Puis, quelques cours m'ont permis d'apprécier cette technique de façon un peu plus « professionnelle » et de peaufiner ma façon de travailler, et ce, durant 13 années.

 

L ' HUILE

 

            L 'année 2005 fut marquée par deux très jolies rencontres de femmes.

            D'une part, celle de l'artiste-peintre BRAC dans son atelier de  Montferrand. Celle-ci me « mis le pied à l'étrier » pour la technique de l'huile juste survolée dans les années 90.

            D'autre part, celle de Marie-Jo BOUCRY, également élève de l'atelier et avec laquelle (complicité oblige !!!....) j'expose régulièrement.

            Pour cette technique, j'utilise diverses matières (sable, gel structuré, aiguilles de pin, carton, tissus, « pétales de pommes de pin », papier de soie froissé, etc.....) soit pour agrémenter mes fonds de relief, soit afin d'appuyer la réalité (crinière d'un cheval en aiguilles de pin).

 

L ' AQUARELLE

 

L'année 2011 a été propice à quelques essais. Certaines similitudes avec la peinture sur soie (l'eau, la fusion des couleurs entre elles, ou encore l'utilisation de fluide à masquer),  me sont très utiles.

            Technique assez difficile à maîtriser, je persévère néanmoins de façon autodidacte. Je trouve l'association avec le pastel très agréable et assez complémentaire. Bien que l'évolution soit « palpable », il me reste un long chemin à parcourir.........

 

****************

 

            J'aime travailler par thème, à la fois plus esthétique en exposition et me permettant également d 'appréhender différentes attitudes d'un même sujet.

            Dans l'ensemble, ceux-ci sont issus de photos « coup de coeur » (visages d'enfants, danse, musique, animaux, nature) trouvées au cours de nombreuses recherches ou prises au gré des rencontres et des ballades. Egalement, le support de textes tels que ceux des contes (que j'ai « décortiqués ») m'a énormément motivé et appris beaucoup de choses.

            L'amour et le respect de la nature et des animaux en particulier, l'attrait pour les beaux visages (enfants), les jolis mouvements, la grâce (danse) mais également la fantaisie, la féérie (les contes), m'incite toujours à « peindre joyeux ».

 

En effet, mon côté idéaliste m'empêche de  peindre la laideur, l'agressivité, la tristesse  ou encore l'absence de couleurs lumineuses.

EXPOSITIONS REALISEES

 

1994      : Aurillac.

 

2006 : Chateaugay (salles du château), Mozac, Marsat (Puy-de-Dôme).

 

2007 : Lempdes.

 

2008 : Anémotel de Riom (Puy-de-Dôme), médiathèque de YDES (Cantal), les Arts en Balade, à Montferrand.

 

2009 : OPHIS (rue de Blanzat à Clermont-Ferrand), , Châteaugay, Galeries Lafayette Clermont-Ferrand, avec Marie‑Jo BOUCRY.

 

2010 : Chateaugay (salles du château), avec Marie-Jo BOUCRY, Mirefleurs, 12ème Festival International d'Art Animalier en Pays d'Eygurande, en Corrèze (Prix de l'Originalité), Office de Tourisme de RIOM-ES-MONTAGNE, (Cantal).

 

 

2011 : Mairie, musée et Salle Mabru de Royat, avec Marie-Jo BOUCRY, Office de tourisme de RIOM-ES-MONTAGNE.

 

2012 : Office de tourisme de RIOM-ES-MONTAGNE, Crêperie le 1513 (3, rue des chaussetiers – Clermont-Ferrand), avec Marie-Jo BOUCRY, Hôtel-restaurant Les « 2G », Larche (Corrèze), Anémotel, 13ème Festival  International d'Art Animalier en Pays d'Eygurande (Corrèze).

 

2013 : Châtel-Guyon (Parc Thermal), 34ème Salon International Artistique de Haute-Loire, 19ème Salon d'automne à Maringues (63).

 

2014 : 65ème Salon d'Hiver à Aurillac, (thème : les contes), 33ème exposition de Saint-Bonnet-près-Riom (1er prix catégorie pastel), Châtel-Guyon (Parc Thermal), Médiathèque de Maringues, 14ème Festival  International d'Art Animalier en Pays d'Eygurande, Anémotel.

Par Les expositions de l'Anémotel
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 29 août 2014 5 29 /08 /Août /2014 16:15

   

Par Les expositions de l'Anémotel
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 24 août 2014 7 24 /08 /Août /2014 13:18

IMG 0224SAM 1457IMG_0321-copie-1.JPG

Ève De Oliveira

63117 Chauriat

portable  06 66 20 00 09

                          leterredeve@hotmail.fr

                         SIRET 79114787900013

        

     J'ai eu mon premier contact avec l'argile lors d'un atelier dans mon village natal en 2000. J'ai tout de suite adoré le contact de la terre. Cette façon de donner vie à la matière première, de rendre réel l'objet que l'on a imaginé.

 

     C'est en septembre 2009 que j'ai approfondi mon apprentissage avec le modelage de la terre au centre de loisir de Cournon d'Auvergne .Depuis septembre 2012, je me suis organisée avec mon employeur en prenant un temps partiel de façon à me consacrer plus souvent à mon loisir . Je me suis inscrite chez Véronique Richard, sculpteur sur Montferrand, pour me perfectionner.

    

     Je travail différentes argiles avec lequelles je fabrique des terres papier et des sigilées, J'aime modeler des corps de femme et des amimaux. Les finitions se font selon mon inspiration avec des pigment et des cires, des patines ou des peintures céramique.

     J'ai  participé à différentes manifestations artistiques

  •  
    • Le charivari et la foire à l'ail sur Billom,

    • le marché de l'art et de l'artisanat à Pérignat es allier

    • le marché de l'art à Durtol,

    • le marché de noël sur Chauriat et Cournon,

    • les troglodytes en art à Veyre Monton,

    • balade expo à Manzat,

    • expo  au parc thermal de Chatelguyon...

          

           En 2014 j'ai été récompenseé par le 1er prix de sculpture au salon de printemps d'art contemporain à Manzat

    •  

Par Les expositions de l'Anémotel
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 26 mai 2014 1 26 /05 /Mai /2014 15:46

QUESNEL-copie-1.JPG

Par Les expositions de l'Anémotel
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 10 mai 2014 6 10 /05 /Mai /2014 13:53

Avant de s'établir en pays limousin dans le département de la Creuse, Francis Moulin a vécu dans plusieurs régions de France (Aquitaine, Ile-de-France, Picardie, Poitou-Charentes et Dordogne).

Son intérêt pour la peinture s'initie vers la fin des années 70 lorsqu'il visite des galeries et des musées. En 1990, il fait une première expérience de créations (œuvres abstraites réalisées au pastel gras) à laquelle il ne donne pas de suite.

 

L'expression abstraite releguée, plus tard, le figuratif prendra le pas.

 

Artiste autodidacte - seul un bref apprentissage du dessin dans une école de peinture -, son engagement véritable dans la peinture survient l'année 2003. Il réalise ses premières huiles et il adopte définitivement cette technique.

D'emblée, ses travaux traduisent son goût pour la peinture paysagiste. L'approche est classique, les sujets souvent fouillés sont travaillés avec beaucoup de précision. Cette période qualifiée d'apprentissage explore aussi les genres - avec indécision -, mais la prépondérance du paysage est nette. Les choix picturaux dénotent un certain goût pour les chemins en bordures de champs, les lieux retirés et absents de toute vie humaine. Dans son exigence technique, le peintre traduit la lumière avec réalisme jusqu'à obtenir un relief perceptible.

 

L'année 2010 marque une évolution sensible dans sa création. Quoique ses choix picturaux affectionnent encore une esthétique paysagiste classique, le regard du peintre se concentre plus volontiers sur des éléments naturels singuliers : roches, neige, gel, arbres morts. Dans cette démarche qui resserre le champ visuel, l'attitude à représenter l'inhabituel ou le délaissé devient une façon d'étendre, sinon de repenser à la notion de paysage. Au panorama qui offre une vision élargie se substitue maintenant un regard plus intime qui agit comme un témoin sur le temps, une sorte de point d'arpent par lequel le peintre confondu à son art en devient l'éclaireur.

 

Depuis, en même temps qu'il explore les limites propres au genre, Francis Moulin évolue peu à peu vers une recherche formelle. Dans sa volonté, l'aperçu paysagiste initié par la nature devient un travail d'étude, une composition où le plus ordinaire prend une dimension esthétique remarquable.

 

Aubusson, avril 2014

Par Les expositions de l'Anémotel
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Recherche

Partager

Créer un Blog

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés